Extrait du dernier grand écrit gnostique de l’Imam (resté inachevé et inédit à ce jour)                 

Extrait du dernier grand écrit gnostique de l’Imam (resté inachevé et inédit à ce jour)

 

« Ce qui est de notoriété parmi les savants, comme quoi il est une catégorie de savoirs [les savoirs spéculatifs] qui, au contraire des savoirs opératifs, ont leur propre fin en eux-mêmes n’apparaît pas comme correct à mon point de vue déficient. Au contraire, tous les savoirs respectables ont le rôle de préliminaire, seulement chacun l’est d’une certaine manière et pour une certaine chose. Ainsi, donc, la science du taw$îd, ou taw$îd théorique, est le préliminaire à la réalisation du taw$îd dans le cœur, qui est taw$îd opératif et qui se réalise par la mise en pratique et par le rappel et l’ascèse du cœur. Combien ont occupé leur vie avec le taw$îd et passé tout leur temps à lire sur lui, à le discuter, à l’étudier et à l’enseigner, et n’ont pas été immergé dans le taw$îd, ni ne sont devenus des savants divins et des sages seigneuriaux [...] : ils ont pensé que cette étape pouvait être parcourue par la seule étude livresque ! Très cher ami, toutes les sciences de la Loi révélée sont le préliminaire à la connaissance de Dieu et à la réalisation de la réalité du taw$îd dans le cœur, car c’est cela le baptême de Dieu (sebghat Allâh) « et qui confère un meilleur baptême que Dieu ? » (Cor. 2.138). Tout au plus certaines sont-elles des préliminaires rapprochés et immédiats et d’autres des préliminaires lointains et par intermédiaire : la science du feqh est préliminaire de la pratique et les pratiques de service divin (a‘mâl-e ‘ebâdî) sont elles-mêmes — si elles sont accomplies selon les règles de la Loi révélée concernant le corps et le cœur, l’extérieur et l’intérieur — le préliminaire de la réalisation des connaissances métaphysiques et de l’acquisition du taw$îd et du tadjrîd [c’est-à-dire de l’unification de l’être et du détachement de la matière — voire même de toute limite — qui lui est concomitant] [...]. De la même manière, en éthique, la science des caractères qui mènent au salut ou à la perdition est le préliminaire de la purification de l’âme qui est, elle, le préliminaire à la réalisation des réalités des connaissances métaphysiques et à l’aptitude de l’âme à ce que l’unité s’y manifeste. [...] Ce que nous voulons dire, c’est que le but du Coran et des hadiths est d’assainir les intelligences et de réformer les âmes pour que se réalise le but suprême qu’est le taw$îd, or la plupart du temps les commentateurs du noble Coran et des nobles hadiths n’ont pas considéré ce point qui est le fondement des fondements, l’ont négligemment dépassé et ont concentré leurs examens minutieux et leurs recherches approfondies sur des aspects qui n’étaient en aucune manière le propos de la révélation du Coran et de l’énonciation des hadiths, tels que les aspects littéraires, philosophiques, historiques et autres semblables. » (Djonûd, p.4-7)

 

 








Skip Navigation Links
CitationsCitationsExpand Citations
ActualitésActualitésExpand Actualités
BiographieBiographieExpand Biographie
Lettres et messagesLettres et messagesExpand Lettres et messages
Recueil de poémes de l'imam Recueil de poémes de l'imam Expand Recueil de poémes de l'imam
ŒuvresŒuvresExpand Œuvres
ArticlesArticlesExpand Articles
TestamentTestamentExpand Testament
SouvenirsSouvenirsExpand Souvenirs
Points de vuePoints de vueExpand Points de vue
ConstitutionConstitutionExpand Constitution