Discours de l’Imam Khomeiny (pour forces armées, en 1986)                 

 

Discours de l’Imam Khomeiny (pour fores armées, en 1986)

Un grand nombre des membres de l'armée, de «sépâhé Pâsdâran» et du «comité de la Révolution Islamique» ont été reçus, le 18 Aban 1365 (1986), dans la matinée, par l'Imam Khomeiny, guide de la Révolution et fondateur de la République Islamique et l'Iran.

M. Séradjéd-Din Moussavi, commandant en chef des comités révolutionnaires islamiques, a fait à l'Imam un rapport sur les activités des comités. A la suite de ce rapport le guide de la Révolution Islamique et commandant suprêmes de toutes les forces armées, a fait des déclarations que nous reproduisons à l'intention de nos lecteurs:

«Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux

Je remercie toutes les forces armées - soit de la gendarmerie et de l'armée, soit les «Pasdârs», des «Bassidjs» et autres, qui ont consolidé la puissance de cette République Islamique et ont été capables de repousser nos ennemis, à l'intérieur du pays et à l'extérieur, Ces derniers doivent savoir que la République Islamique, Islamique au grand dam des superpuissances, des hypocrites et des opposants à notre régime, est consolidée et cimentée et ne recevra aucune faille, Inchâ­Allâh.

Ce que je voudrais vous expliquer, Messieurs, est ce que je vous ai souvent répété, à savoir que vous êtes «victorieux» (les assistants: Inchâ'Allâh !) et l'œuvre que vous accomplissez est divine, est une œuvre qui est destinée à Dieu. Efforcez-vous de mettre votre pure intention au service de Dieu. Que vous soyez tués ou que vous tuez, vous êtes gens du salut. Efforcez-vous, en tout, que votre intention soit divine et pure, et grâce à Dieu' elle l'est. Chaque fois que je vois les visages de ceux qui vont vers le front je me sens vraiment honteux et confus: à quel rang élevé ne sont-ils pas arrivés, à quel mysticisme ne sont-ils pas parvenus, quelle position de la connaissance n'ont-ils pas atteinte, pour se diriger avec cet enthousiasme, avec cet élan pour Dieu, vers les fronts. Nos ennemis doivent savoir que dorénavant la République Islamique, et depuis qu'elle a commencé sa croissance, est consolidée de telle manière, elle se présente au monde, d'aujourd'hui, de telle sorte, qu'elle s'est manifestée indépendante et sans aucune dépendance à qui que ce soit. Elle dépend du peuple, des forces armées. Les personnes n'interviennent pas dans ses affaires.

On fait courir, chaque jour, ceci et cela, disant qu'un tel a eu une attaque cardiaque, qu'il est sur le point de mourir! Eh bien! chacun doit mourir un jour, car la mort est inévitable pour chacun de nous, mais certains gens ne doivent pas se livrer à la joie pour cela. La mort arrive inévitablement. Vous verrez, Inchâ'Allâh, que la République Islamique restera, que nous soyons ou que nous ne soyons pas, que les gens soient ou ne soient pas.

Ce sont ces gens mêmes qui se livraient à la joie d'avoir fait exploser, un jour, l'un des centres de la République, tuant de 70 à 80 personnalités marquantes, nos amis. Ils s'exaltaient, croyant que la République Islamique était perdue et a pris fin. Ils ont bien vu que le peuple s'est déversé dans les rues et les avenues avec plus de force encore qu'auparavant, faisant preuve qu'ils sont là.

Maintenant, aussi, il en est de même! Qu'ils cessent de se réjouir, ces gens-là. De même ceux qui se trouvent le long des rivages du golfe Persique, cessent de se réjouir, qu'ils ne se sacrifient pas pour Saddam, car cette homme doit s'en aller (l'assistance: Inchâ'Allâh !).

Grâce à Dieu il s'en ira bientôt. En tout cas, qu’il s’en aille ou ne s'en aille pas, nous sommes en train de remplir un devoir. Notre peuple, notre armée, notre «Sépâh» et toutes nos forces armées remplissent le même devoir. C'est comme si on disait qu'un tel étant parti, les gens ne voudront plus prier: or prier est un devoir. Du fait que quelqu'un est mort, est parti, les gens ne cesseront pas de prier ils ne cesseront pas de remplir leurs obligations. La guerre d'aujour­d'hui est pour nous tous plus qu'un précepte de la religion.

La guerre que nous faisons n'est pas semblable à celles que se font les autres. Il s'agit d'une guerre que l'Islam fait face à l'impiété. L'Islam est en train de faire cette guerre contre la discorde et la désunion. Cette guerre est un devoir religieux que notre peuple est en train de remplir. Si je vis, il remplira ce devoir, si je meurs, de même il le remplira.

Je souhaite que le Tout­ Puissant accorde succès, et santé à vous tous. Je souhaite que Dieu comble de Ses faveurs divins tous ceux qui suivent cette voie et qui ont donné leur vie pour le Très­ Haut: qu'Il les fassent accéder à Son festin. Que Dieu accorde aussi, Inchâ'Allâh, patience et guérison à ceux qui sont devenus invalides et mutilés, qui ont disparu, ou qui ont été atteints.

Que le Salut de Dieu et Sa Clémence vous protègent.

 








Skip Navigation Links
CitationsCitationsExpand Citations
ActualitésActualitésExpand Actualités
BiographieBiographieExpand Biographie
Lettres et messagesLettres et messagesExpand Lettres et messages
Recueil de poémes de l'imam Recueil de poémes de l'imam Expand Recueil de poémes de l'imam
ŒuvresŒuvresExpand Œuvres
ArticlesArticlesExpand Articles
TestamentTestamentExpand Testament
SouvenirsSouvenirsExpand Souvenirs
Points de vuePoints de vueExpand Points de vue
ConstitutionConstitutionExpand Constitution